• Alina Opréa

LES LAITAGES

Dernière mise à jour : 9 déc. 2021

POURQUOI LES LAITAGES DE VACHE NE SONT PAS FAITS POUR L’HOMME ?

« Même si vous ne retenez pas tout ce que est écrit dans la suite, retenez au moins que toutes les publicités qui vous sont « offertes », ils ne faut pas les acheter. »



Au fil des ans, les jeunes et les adultes perdent la chymosine, l’enzyme nécessaire a la digestion de la caséine, présente dans le lait maternel humain dans des très faibles % des % 4 fois inférieurs à ce qu’on trouve dans le lait de vache. La caséine est une substance collante. Elle est d’ailleurs utilisée pour fixer les étiquettes sur les bouteilles, pour produire de colle pour les meubles. Du fait de ca capacité à lier ensemble d’autres substances, elle est aussi employée pour donner de la consistance aux aliments industriels, congelés…Lorsque vous manger une pizza, ne pensez pas manger toujours de la mozzarella : souvent c’est de la caséine. L’intolérance a ces protéines du lait animal se manifeste par diverses symptômes de trouble abdominal tels que ballonnement, diarrhée, crampes, somnolence, éruptions, rougeurs cutanées.


Un athlète qui arrête de boire du lait et élimine les fromages voit augmenter ses capacités respiratoire et ses performances physiques. Ceci grâce au mucus produit par le système immunitaire pour tenter de neutraliser la substance qu’il considère comme étrangère et nuisible pour l’organisme, car il ne peut pas le métaboliser.


Le lactose est utilisé par les bactéries intestinales et s’ensuivent des phénomènes de fermentations, la formation des toxines diverses qui agissent sur le système digestif, le système nerveux central, le système cardiovasculaire, les muscles et le système immunitaire.


Les effets particulièrement négatifs de la consumation de produits laitiers seraient en grande partie dus aux changements de l’équilibre hormonal entre l’insuline, l’hormone de croissance et l’hormone IGF (insulin like growth facteur), dont la structure ressemble à celle de l’insuline. Ces changements entraineraient une augmentation de l’insuline dans le sang et une augmentation constante du niveau sérique de l’hormone IGF ainsi qu’un développement du diabète de type 2 et d’autres maladies chroniques.


Cela veut dire que c’est la fraction des protéines du lait qui serait responsable de l’augmentation de l’insuline dans le sang. Le fait que la consumation de lait écrème a été reliée a des cas de diabète de type 2 va dans le même sens. A l’exception du fromage, qui a un index glycémique à fois moins élevé que le lait, tous les produits laitiers, à savoir le yaourt, la crème glacée, le fromage cottage et les produits faits de lait fermenté, ont des effets importants sur l’insulinémie. La résistance a l’insuline qui résulte, peut contribuer à la prise du poids vers l’obésité.


L’administration à vaches laitières des hormones pour accroitre leur productivité et des antibiotiques. Ces antibiotique ne restent pas dans les tissus mais sont éliminés dans le lait : ceux-ci détruisent les cellules souches de la moelle osseuse et par la même les ostéoblastes qui fabriquent l’os.


Ils contiennent trop de calcium et des facteurs de croissances cellulaire et tissulaire qui augmentent les risques de nombreuses maladies invalidantes. Celui-ci déclenche alors un contre-feu en puisant dans ses réserves alcalines, et notamment en prélevant du bicarbonate de calcium contenu dans…les os. Pour compenser cette ponction, il faut recréer du tissu osseux, ce qui représente du travail en plus pour nos ostéoclastes.


Il est indiscutablement prouvé aujourd’hui que le taux d’assimilation du calcium laitier par l’organisme humain est d’environ 35%, soit deux fois moins que le taux d’assimilation du calcium végétal.


Le Dr. Colin Campbell a mis en évidence que la caséine était un grand promoteur de cancer, diabète et obésité.


Le lait de vache est en réalité un sucre rapide qui stimule fortement la sécrétion d’insuline et, par conséquence, les hypoglycémies réactionnelles.


La vérité la plus fondamentale à garder à l’esprit, c’est tout simplement que l’être humain adulte n’est pas fait pour boire du lait.


75% de la population mondiale adulte est intolérante au lait, tout simplement parce que nous ne sommes pas « équipés » pour le digérer.


Le LACTOSE perturbe la digestion de la moitié des adultes français : «Il est naturel pour la majorité des adultes de mal digérer le lait, ou plutôt son sucre, le lactose», affirme le gastro-entérologue Nicolas Mathieu, du laboratoire d’exploration digestive du CHU de Grenoble. Pour être absorbé, ce glucide doit en effet être coupé par une enzyme, la lactase. Or, celle-ci, à son taux maximal chez le nouveau-né, diminue naturellement après le sevrage chez la majorité des adultes jusqu’à ne plus atteindre que 5 à 10% de sa valeur initiale.


Les effets nocifs du lait de vache

Consommes en excès : lait, yaourt, fromage, crème, glaces…ils augmentent les risques de nombreuses maladie de civilisation et ne réduisent pas l’ostéoporose

· L’obésité et le diabète : l’arrête des laitages facilite l’équilibre du diabétique en évitant les à-coups de la glycémie, et peu réduire les doses d’insuline.

· ORL : otites, angines, rhinites

· Migraines

· L’inflammation du tube digestive : maladie de Crohn, rectocolites. L’arrêt des laitages facilite l’équilibre de la flore intestinale

· Les rhumatismes : polyarthrite, spondylarthrite, fibromyalgie, fatigue chronique.

· Les maladies nerveuses : dépression, sclérose en plaque Parkinson, Alzheimer

· Les cancers : source d’hormones, ils augment le niveau de facteurs de croissance

· Les maladie thyroïdienne : la teneur en iode du lait est surtout liée a l’utilisation, dans les élevages de compléments vitaminiques et minéraux et de produits d’hygiène de la traite, riche en iode.

· Les maladies cardiovasculaires : le sucre te le cholestérol


Les laitages peuvent être remplacés par des laitages végétaux (lait amande, de noisettes, de châtaignes, de riz, d’avoine…) et par des végétaux a forte concentration en calcium.


Il existe 3 grandes familles de facteurs de croissances qui ont des actions différents et complémentaires. Présents dans les laitages, ils ne sont pas détruits par la digestion, contrairement à ce qui est affirmé par les lobbies des laitages.


La protéine principale du lait, la caséine, empêche le lait de se séparer de la crème, ce qui pourrait accroitre le risque de niveaux élevés, dans le sang, d’hormones e autres éléments chimiques qui favorisent le développement des cancers hormonodépendants, les hormones telles que prolactine et œstrogènes.


- IGF= Insulin Growth Factor : facteur de croissance insulinique qui joue un rôle essentiel pour la construction des glandes telles que sein et prostate, mais aussi dans le système digestif avec le pancréas, le foie et la régularisation de l’apport de sucre à l’organisme. Ce facteur consumé, en excès stimule la croissance de tissus et organes.


- EGF = Epidermal Growth Factor : facteur de croissance épidermique : la peau, tube digestif, cœur, poumon, système nerveux


- TGF = Transforming Growth Factor : facteur de croissance pour la construction des tissus osseux, articulaire, musculaire, intestinaux


Quand la croissance de la personne est terminée, l’excès des facteurs de croissance crée un déséquilibre au niveau articulaire dont une des conséquences sera l’arthrose, douleurs lombaires et au niveau des grosses articulations : hanches, genoux, épaules…


Ainsi, des risques de cancérisation au niveau des tissus ciblent qui sont les seins et la prostate, donc cancer de sein, de l’utérus et de la prostate.


Parmi tous les produits laitiers, les meilleurs sont ceux qui proviennent des petits animaux : chèvres et brebis. Ils contiennent moins des facteurs de croissance et ont plus de gout en général, ce qui fait que l’on peut être plus vite rassasié.


Les yaourts sont surtout recommandés chez les personnes qui ont des difficultés de mastication, un par jour maximum.


Face à un enfant sujet aux infections ORL (rhinites, otites, angines….) et gastro-entérites a répétition ou qui a des problèmes de peau (eczéma, impétigo, acné…) le premier traitement consiste à stopper les produits laitiers pendant 1 mois et à les remplacer par des laits végétaux.


Si vous achetez des yaourts au supermarché, choisissez-les toujours de préférence bio et nature.


En résumé :

Les produits laitiers ne sont pas nos « amis pour la vie ». Cela expose à un risque majoré d’ostéoporose, de diabète, d’obésité, de cancers et de maladies auto-immunes. C’est aussi favoriser le terrain à des pathologies articulaires, tendineuses ou ORL, comme l’asthme et les rhinites.


Conseil :

Lisez « Lait, mensonges et propagande » de Thierry Souccar




Bibliographie :

Colin Campbell et Thomas Campbell, Le Rapport Campbell, Paris, 2008 ; Dr. Henri Joyeux, Changer d’alimentation ; Michelle Riefoli, Manger sain et naturel ; Jean Seignalet, L’alimentation ou la troisième médecine ; Jacqueline Lagacé, Comment j’ai vaincu la douleur ;Thierry Souccar, La meilleure façon de manger ;Dr.Robert Masson, Diététique de l’expérience ;Dr. Marion Kaplan, Nutrition consciente

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout