• Alina Opréa

Les bonnes combinaisons alimentaires

Dernière mise à jour : 9 déc. 2021

La digestion de certains aliments, tels les féculents, commence dans la bouche, d’où l’importance d’une bonne mastication et d’une bonne insalivation, et se poursuit dans l’estomac.


Les ennuis débutent au moment où les aliments passent dans l’estomac si on ne s’alimente pas correctement. Je m’explique : nous avons vu que la digestion des hydrates de carbone, c’est-à-dire les farineux, requiert des sucs gastriques très doux, presque neutres, tandis que celle des protéines exige des sucs gastriques très acides.

Si nous consommons ces deux catégories d’aliments au même repas, nos problèmes commenceront à ce moment-là. En effet, pendant les deux premières heures de la digestion, l’estomac, au lieu de sécréter un suc gastrique presque neutre, sécrétera immédiatement un suc gastrique fortement acide qui stoppera instantanément la digestion des amidons. Résultat : fermentation des amidons et putréfaction des protéines, d’où tous les malaises que nous connaissons (gaz, ballonnements, maux de tête, maux d’estomac, migraines, etc.). Ainsi le sang, au lieu de transporter de bons nutriments, véhicule des déchets.


Par contre, les sucres et les fruits le sont dans l’intestin. Consommés seuls, ils séjournent peu de temps dans l’estomac. Ils s’acheminent ensuite très rapidement dans

l’intestin si rien n’entrave leur sortie de l’estomac. Voilà pourquoi on doit les consommer seuls, au moment de repas séparés, sans quoi on aura des ennuis. En effet, les fruits et les sucres sont digérés dans l’intestin après un court séjour stomacal. Si on mange au même repas du pain, des pommes de terre et de la viande, qui demandent entre trois et quatre heures de digestion et que l’on termine ce même repas par du sucre ou des fruits, ces derniers séjourneront trop longtemps dans l’estomac et ils fermenteront. Il leur faudra attendre que la digestion des autres aliments soit terminée avant de passer à l’intestin. Résultats : gaz, ballonnements, maux d’estomac, constipation, maux de tête, migraines, etc.


Il faut savoir et, surtout, retenir que la ptyaline, l’enzyme digestive contenue dans la salive qui amorce la digestion des féculents ou des farineux cuits, n’agit qu’en milieu alcalin. Celle-ci n’est pas assez forte pour digérer de gros amidons crus comme la pomme de terre, la farine d’avoine, etc. Par exemple, si on commence son repas par un verre de jus d’orange et que l’on mange tout de suite après des farineux (du pain, des

céréales, etc.), la digestion se fera difficilement ou pas du tout car le jus d’orange aura acidifié la salive et l’enzyme digestive ne se produira pas. Voilà pourquoi il faut boire le jus de fruits au moins une demi-heure avant les féculents ou les protéines car cela prend environ 20 à 30 minutes pour que la salive redevienne alcaline.


Il faut rééduquer notre goût. Nous sommes tellement habitués à ajouter du sucre, du sel à tout ce que nous mangeons que nous ne connaissons plus le goût véritable des fruits et des légumes que nous ingérons.


Les légumes verts crus doivent de préférence précéder et accompagner un repas de féculents ou de protéines. On ne doit pas manger de pommes de terre ou des tubercules, de farineux tels que le pain, le riz ou les pâtes alimentaires en même temps que la viande, le poisson et les autres protéines de source animale.


Résumons tout cela : les sucres (miel, sucre blanc, sucre brut, sucre de canne, sirop d’érable, etc.) doivent être mangés seuls. On doit attendre environ 90 minutes avant de manger autre chose. On doit ingérer les fruits seuls, sans miel, sans pain, sans sucre et sans viande. Il faut les consommer nature, à l’exception des agrumes tels que les oranges, les tangerines, les clémentines, les citrons, les pamplemousses, etc., qu’on peut accompagner de noix ou de fromage de type cottage ou à la pie. Il ne s’agit cependant pas d’une combinaison idéale. On peut manger les fruits doux tels que les bananes et les dattes avec du yogourt nature. Après avoir mangé des fruits seuls, il faut attendre environ 90 minutes avant d’absorber des légumes, des féculents ou des protéines. Par contre, les légumes crus ou cuits se mangent très bien avec des féculents et des protéines. On ne doit pas manger de pommes de terre ni aucun autre féculent avec la viande, le poisson et les diverses protéines animales. La pomme de terre, si elle est certainement un légume, est avant tout considérée comme une importante source de féculents.


Exemple: Le matin, mangez donc des fruits de préférence frais ou séchés. Consommez-en à votre faim. On suggère de manger les féculents ou farineux le midi, étant donné qu’ils sont moins longs à digérer que les protéines.


Vous serez donc plus en forme si vous prenez l’habitude de manger des fruits au petit déjeuner, d’autres fruits encore en guise de collation durant l’avant-midi ; une salade de crudités et des féculents le midi ; une demi-heure avant le repas du soir, un verre de jus

de légumes fait à la centrifugeuse, une salade de crudités avec les protéines (viande, poisson, poulet, œufs, fromages, noix, tofu, etc.) auxquelles on peut ajouter des légumes cuits si on en a envie.


Consommer des denrées crues avant les denrées cuites assure une bonne digestion et neutralise les sensations de fatigue et de somnolence ressenties très souvent après un repas composé uniquement d’aliments cuits. Les plus fortes leucocytoses sont celles enregistrées après l’ingestion d’alcool, de vinaigre, de sucre blanc, de produits en conserve et, évidemment, d’aliments cuits chauds ou froids. En résumé, les globules blancs, ou leucocytes, défendent l’organisme contre tout agresseur.


L’alcool, le vinaigre, les aliments cuits, des aliments de second ordre, sont donc des agresseurs. Les globules blancs prolifèrent afin de défendre l’organisme contre eux. Si on répète ces erreurs à tous les repas, le sang comptera davantage de globules blancs que de globules rouges et l’anémie s’installera.


Autre chose importante à déterminer : nous savons que les glucides ou les hydrates de carbone doivent être hydrolysés par la digestion en sucres simples afin d’être absorbés. Les seuls sucres simples que l’on trouve dans la nature à l’état pur et qui ne requièrent aucune transformation digestive sont le sucre contenu dans les fruits et le miel. L’organisme ne doit dépenser aucune énergie nerveuse afin de les convertir en sucres simples, car ils le sont déjà. Les autres hydrates de carbone ou glucides, les farineux par

exemple, sont réduits par la ptyaline (l’enzyme digestive contenue dans la salive) en maltose, un sucre complexe. Le maltose subit à son tour dans l’intestin l’effet de la maltase qui le réduit enfin en sucre simple : le glucose. Ce processus exige une dépense d’énergie de l’organisme. Voilà pourquoi il est faux de prétendre que l’on augmente son énergie en mangeant du chocolat ou des sucreries. La dépense d’énergie nerveuse que doit fournir l’organisme afin de convertir ces sucres complexes en sucres simples équivaut à l’énergie que procurent ces sucres. Leurs actions se neutralisent. On ne le répétera jamais assez : les meilleurs sucres sont contenus dans le miel et les fruits frais ou séchés, sans aucun additif. Il ne faut cependant pas les manger n’importe quand.


Je viens de vous expliquer la manière idéale de vous alimenter. Adoptez la et vous vivrez en santé. Fini les maux de tête, la constipation, les migraines, l’obésité, etc. Bien entendu, il ne sera peut-être pas facile de modifier de mauvaises habitudes acquises depuis tant d’années et surtout de changer sa façon de penser, mais la vie nous confronte à un choix.


Quelles sont les bonnes combinaisons alimentaires ?

  • Les glucides ou les hydrates de carbone:

De tous les sucres, le meilleur provient des fruits. Toutefois, ceux-ci doivent être mûris à point. Vient ensuite le miel. On ne doit pas le consommer avec d’autres aliments, pas même avec une boisson chaude prise à la fin d’un repas. Il est préférable de prendre le miel dilué dans 1 tasse (250 ml) d’eau chaude, non pas bouillante, ou dans une tisane lorsque l’estomac est vide (par exemple, au lever). Il faut ensuite attendre une heure avant de manger quoi que ce soit d’autre. Toutefois, après avoir bu un liquide, de 20 à 30 minutes suffisent.


Les farineux ou les féculents: Il ne faut manger que des céréales complètes si nous voulons donner à notre organisme tous les minéraux et toutes les vitamines dont il a besoin. Il faut donc bannir les farines blanches et leurs dérivés : le pain blanc, les brioches, les biscuits, toute la gamme des céréales à déjeuner, le riz blanc, etc. On doit remplacer ces aliments par des farines de blé entier, de soya, de sarrasin, de seigle, etc.

  • Les protides ou les protéines:

Il faut choisir la viande la plus maigre qui soit. Elle doit être bouillie, rôtie ou cuite à la vapeur, jamais cuite dans le beurre, dans l’huile ou dans un autre corps gras. Il en va de même pour le poulet et le poisson. Procurez vous du poulet biologique, élevé à picorer librement des grains. Achetez des œufs de poules nourries biologiquement. Parmi toutes les noix, on conseille les amandes blanches crues car elles sont moins acidifiantes que les autres. Le tofu est une source de protéine entièrement végétale. Les champignons, les olives noires, la luzerne, la fève de soya, les noix, les graines de tournesol, de sésame, de citrouille et de lin contiennent aussi des protéines entièrement végétales.

  • Les lipides:

De tous les corps gras, les meilleurs pour la santé sont les gras naturelles et les huiles

mécaniquement pressées. Il ne faut jamais chauffer les huiles, même les huiles vierges de première pression à froid.


Si nous mangions uniquement des crudités, nous mangerions environ deux fois moins et nous serions en meilleure forme physique et mentale ; de plus, nous réaliserions des économies.


Nous sommes ce que nous mangeons. Ce qui veut dire, par voie de conséquence, que l’alimentation est la plus grande force de santé et de guérison qui soit. Marcel Chaput (L’école de la santé)

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout